L’an deux mille dix-neuf du 2ème au 5ème jour du mois de septembre, son Excellence Monsieur le Ministre l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS), accompagné d’une forte délégation  composée de différents cadres et hauts cadres dudit Ministère, a effectué des visites de travail dans les Institutions d’Enseignement Supérieur(IES) établies à l’intérieur du pays dans l’objectif de dialoguer et échanger avec les responsables de ces IES sur les défis qui minent l’enseignement Supérieur au Burundi et les stratégies à adopter pour les relever en vue d’assurer une démarche qualité au sein de ces institutions . Les établissements qui ont fait l’objet de visite sont les suivants :

  1. Université Espoir d’Afrique (UEA) ;
  2. Université Polytechnique de Gitega (UPG) ;
  3. Institut Supérieur Paramédical de Gitega (ISPG) ;
  4. East African Leadership Institute de Muyinga (EALI) ;
  5. Institut Universitaire des Lacs de Kirundo (IULK) ;
  6. Université de Ngozi (UN Ngozi).

              

   

Son Excellence le Ministre de l’Enseignement Supérieur  et de la Recherche Scientifique visite le laboratoire de topographie et géologie de l'Université Polytechnique de Gitega        

La première visite a été effectuée à l’Université Espoir d’Afrique, à l’Hôpital de Kibuye le 02 septembre 2019 suivie de l’Université Polytechnique de Gitega et de l’Institut Supérieur Paramédical de Gitega le 03 septembre 2019 respectivement dans l’avant midi  et dans l’après-midi.  East African Leadership Institute de Muyinga  a été visité le 04 septembre 2019 suivi de l’Institut Universitaire des Lacs de Kirundo  qui a été visité le même jour dans l’après-midi. Le Ministre a clôturé ses visites par  l’Université de Ngozi le 05 septembre 2019.                                                                

Dans son discours, le Ministre appréciait  et encourageait chaque fois les efforts consentis par les responsables des institutions d’enseignement supérieur visitée dans la réalisation des missions dévolues à pareilles institutions. Il leur a signifié que la visite s’inscrivait dans la logique de  dialogue, de communication et d’échanges sur les défis qui minent la qualité de l’enseignement.

A cet effet, il a indiqué qu’il s’est fait accompagner par une forte délégation non pas pour impressionner mais plutôt pour répondre à toute question technique éventuelle. Poursuivant son discours, le Ministre a indiqué  que la qualité dans l’enseignement supérieur doit  être considérée non pas comme un idéal mais qu’elle doit être prise comme un objectif que les établissements doivent espérer à  atteindre à court terme, à moyen ou à long terme.

Ainsi, depuis la promulgation de la loi de 2011, plusieurs textes d’application ont été élaborés avec comme objectif principal d’assurer la qualité, mais force est de constater que les défis subsistent et que la  qualité reste plus théorique que pratique. De surcroît, ni  le texte, ni les structures ne pourront réellement apporter la qualité dans l’enseignement supérieur si une démarche qualité n’est pas mise en place dans les structures institutionnelles.  C’est dans cette optique que son Excellence le Ministre les a invité à se préparer pour une future évaluation des programmes qui va déboucher sur l’octroi d’accréditation afin de permettre à l’institution accréditée de se positionner sur le plan national et régional.

En outre, Son Excellence le Ministre a prodigué des conseils aux différentes institutions. Pour les anciennes institutions  comme l’UN Ngozi et UEA, il les a invité à combler les fossés qui séparent la qualité de leurs institutions  tout en  corrigeant les erreurs du passé  et cela doit être une condition de survie car selon l’adage français : « il n’est jamais trop tard pour bien faire ».

 Son Excellence le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique prodiguant des conseils à l’endroit des responsables de l'Université de Ngozi.

Pour les jeunes institutions comme l’IULK, l’UPG, l’ISPG, EALI…), il les a exhorté de prendre toutes les précautions pour s’améliorer tout en évitant de tomber dans les mêmes erreurs que leurs ainés car selon l’adage kirundi : « Igiti kigororwa kikiri gito ». Il les a également invité à animer les cadres de concertation statutaires notamment le conseil d’administration, le conseil de faculté, le conseil de direction, le conseil pédagogique, l’Assemblée Général,…afin de cibler les défis et chercher ensemble les stratégies pour les relever tout en les promettant  que le MESRS ne ménagera aucun effort pour les accompagner  dans la démarche de l’assurance qualité.

 

                                                                                                                                                                                          CNES, le 10/9/2019